Gaumont Rennes Multiplexe

Publié le par MalDone

Le cinéma Gaumont Rennes Multiplexe ouvrira sur l'esplanade du Général-de-Gaulle en fin d'année 2006 avec une capacité de 2 725 places.

Envoyer votre candidature à votre directeur de salle.



Treize nouveaux écrans à Rennes d'ici 2006. Le conseil municipal a finalement choisi le projet Europalaces-Gaumont pour le futur cinéma multi-salles rennais. Une création qui va sensiblement modifier l'offre cinématographique locale.

Publier par la Mairie de Rennes, Mai 2004

 

Fin de l'exception cinématographique rennaise. Un complexe EuroPalaces-Gaumont de 2 725 places ouvrira en effet ses portes sur l'esplanade du Général-de-Gaulle en fin d'année 2006. Aux côtés des Champs Libres et du Liberté, cette création vient illustrer la vocation culturelle de ce nouveau cœur de ville.

Gaumont RennesEn juillet 2003, la Ville de Rennes lance la procédure de mise en concurrence. Les postulants doivent convaincre les élus de la solidité financière et juridique de leur projet, de la qualité de leur proposition culturelle, commerciale et architecturale et de leur capacité à respecter les délais. Quatre candidats se manifestent : la Soredic (Société rennaise de diffusion cinématographique, propriétaire du Cinéville Colombier), un groupement de quatre partenaires, Ciné-Alpes et EuroPalaces. À l'issue des entretiens, un premier choix est fait : la Soredic et le groupement sont écartés. Leurs propositions architecturales respectives ne sont pas mises en cause. Elles seraient même de grande qualité. Alors ? Ces deux candidats n'auraient pas les reins assez solides pour porter seuls un projet de cette importance et leur offre financière pour l'achat du terrain est très insuffisante.

 

Ciné-Alpes et EuroPalaces restent donc en compétition. Pour les départager, la Ville précise ses objectifs. Chaque candidat doit s'engager, par convention, à limiter annuellement la diffusion des films art et essai, afin de ne pas menacer l'existence des salles travaillant sur ce créneau. Le cahier des charges contient d'autres obligations : la location ponctuelle d'une salle de 100 places à destination d'une association ou d'un partenaire culturel reconnu par la Ville ainsi que la mise à disposition de deux salles de 200 et 400 places pendant 15 jours pour le festival Travelling. Les deux opérateurs répondent favorablement. Reste le volet financier, lié à l'achat du terrain. La proposition de Ciné-Alpes se monte à 2 549 315, celle d'EuroPalaces à 2 400 060. Mais quelques éléments techniques du projet font cependant pencher la balance du côté d'EuroPalaces : meilleur confort pour le public (1,20 m d'espace entre travées contre 1,10 m) et plus grandes superficies de restauration (600 m2 contre 380 m2) notamment. De plus, EuroPalaces, qui connaît bien le milieu cinématographique rennais, souhaite poursuivre le travail mené avec les opérateurs locaux art et essai. Comme producteur de cinéma, il propose également d'inviter des équipes de films à des rencontres. Surtout, la société fait une offre intéressante à la Ville, concernant les salles des Gaumont, quai Duguay-Trouin : "En cas de cession du fonds de commerce, le groupe nous donne la préférence pendant les huit années qui suivront l'ouverture du multiplexe", a souligné le maire Edmond Hervé lors de la présentation en conseil municipal du 17 avril.

 

Alain Poujol, directeur des Gaumont à Rennes, ne peut que se réjouir de la décision de la Ville : "On aime cette ville qui a des potentialités pour notre métier et il est important que l'on y soit présent. La clause concernant l'harmonie de programmation art et essai et le multiplexe n'est pas un obstacle. Un quota annuel de 16,5 % films estampillés art et essai a été fixé de gré à gré, il fait partie d'un cahier des charges et des engagements que l'on doit respecter et que l'on respectera", assure ce responsable. Gilles Radigue, président de l'association Cinéma 35 aurait lui préféré que la Soredic remporte le morceau au motif que cette société programme plus de 90 % des cinémas associatifs départementaux (32 salles sur 35) : " EuroPalaces n'est pas le plus mauvais choix, explique-t-il cependant. Il a toujours respecté les cinémas de proximité, mais je crains que les écrans métropolitains connaissent une défection. Les salles d'Acigné, Betton et Chartres-de-Bretagne ont enregistré une baisse de fréquentation de l'ordre de 10 à 20 % avec l'ouverture du multiplexe de La Mézière. " Jacques Frétel, programmateur de l'Arvor et du ciné-TNB est quant à lui très satisfait, considérant qu'il est plus facile de discuter avec un opérateur soucieux de développer des projets communs. " J'espère que notre entente perdurera et se développera. Nous travaillons sur le même outil filmique et sommes donc à la fois concurrentiels et complémentaires. On n'a rien à perdre, la désignation du groupe EuroPalaces est une première étape rassurante. " " Nous avons des échanges permanents en termes de programmation et de choix de films, confirme Alain Poujol. Nos entreprises cohabitent bien et la ligne de conduite qui nous guide est la défense du cinéma au sens le plus large. "

 

Pas de parti pris entre la Soredic et EuroPalaces pour Éric Gouzannet, directeur de l'association Clair Obscur : " Nous avions juste la crainte de voir débarquer un opérateur extérieur qui aurait pu briser l'harmonie existante ", avoue-t-il sans fard. Deux écrans sont désormais acquis pour le festival Travelling. " Mais on souhaiterait pouvoir en gérer deux au quotidien pour mener à bien nos différents projets d'éducation à l'image. Le paysage idéal à Rennes, poursuit Eric, serait un multiplexe généraliste, une maison de l'image au service des associations où l'on pourrait projeter des courts-métrages, des documentaires, des vidéos, etc., un pôle art et essai sur le quai Duguay Trouin. " Alors, quid des huit salles sur les quais ? " Il est encore trop tôt pour parler de ce paysage cinématographique rennais, mais il pourrait y avoir une possibilité de reconversion du Gaumont en cinéma art et essai… ", concède Alain Poujol.

En attendant, l'actualité c'est le démarrage du chantier courant 2005. Le bâtiment qui accueillera les 13 nouvelles salles est dû à Christian de Portzamparc, architecte des Champs Libres. Le multiplexe ouvrira au public en 2006, en même temps que le parking souterrain, esplanade du Général-de-Gaulle.

 

Conçu par l'architecte Christian de Portzamparc, le multiplexe EuroPalaces-Gaumont est un bâtiment en béton verni où le verre est très présent sur la façade d'entrée donnant sur l'esplanade. Au rez-de-chaussée, outre l'accueil, on trouvera une librairie multimédia et une brasserie installée sur deux niveaux avec une mezzanine ouvrant sur une terrasse. Deux accès piétons au parking enterré sur trois niveaux - environ 800 places - seront répartis de part et d'autre de l'entrée. Le niveau inférieur abritera neuf salles (1 302 fauteuils) et l'étage quatre. Soixante-douze places sont réservées aux personnes à mobilité réduite. Deux accès sont prévus pour les automobiles : l'un face au centre commercial des Trois soleils, l'autre sur l'allée perpendiculaire au cours des Alliés, face aux Champs Libres. Cette allée aujourd'hui en cul-de-sac devrait déboucher sur le boulevard de la Liberté, lorsque le restaurant universitaire sera démoli et reconstruit, mais au mieux vers 2007.

 

Publié dans Rennes multiplexe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anonyme 08/10/2008 16:21

ouverture octobre 2008

Benoît 04/09/2007 10:37

Bonjour,
Il serait temps de mettre ses fiches à jour !
"le multiplexe ouvrira fin 2006 en même temps que le parking souterrain" ?
Ha bon ? Alors je vais aller acheter mes places dès maintenant puisqu'il est ouvert !
BM